Bredan Lally :
Tango

Achevé d’imprimer : novembre 2011 

Dépôt légal 4e trimestre 2011

Guide Tao
Argentine

Par Olivier Dufeu

Ouvrage publié sous la direction d’Ophélie Cohen 

et d’Eléonore Devillers

Editions Viatao - 21 rue Blondel, 75002 Paris

ISBN 9782359080315

TAMPON JAUNE

Qui sommes-nous ?

Les Editions Viatao

Viatao est la première maison d'édition française spécialisée en guides de voyage durable : des guides en format poche, pratiques et écoconçus : imprimés avec des encres végétales, sur papier FSC et dans des imprimeries certifiées Imprim’vert.

Nos auteurs sont des experts de la destination, qui vous donnent les clés pour comprendre le pays et partagent avec vous conseils d’ami et bonnes adresses.

Les itinéraires que l'on vous propose sont inédits et hors des sentiers battus pour vous mener vers des rencontres authentiques, au plus proche des habitants et de la culture locale.

Les adresses de chaque guide sont toutes testées selon une grille d’éco-notation qui évalue la qualité, le respect de l’environnement et le bénéfice pour la population locale.

Le saviez-vous ? Afin de vérifier au mieux les adresses, nos rédacteurs passent plusieurs heures à inspecter les lieux et à discuter avec le responsable et les employés. Ainsi, que des adresses vraiment engagées, pas de greenwashing !

Pourquoi Tao ?

Le Tao, c’est la voie qui mène à l’harmonie dans la philosophie chinoise. Nous l’avons choisi pour représenter notre vision du voyageur du XXIe siècle : hédoniste, sensible et responsable. Notre but : rendre le tourisme durable accessible à tous et vous donner envie de vous faire plaisir tout en respectant la planète.

Bonne découverte à vous !

L'équipe Viatao

Argentine pratique 

L’Argentine est un immense pays qui s’étend sur presque 4000 km du nord au sud, soit la distance entre Montréal et Cuba, avec des différences de cultures et de paysages très marquées. A moins d’avoir trois mois pour le visiter, il vous sera donc difficile de tout voir en un seul voyage. Une bonne raison pour y retourner !

En général, les agences de voyages proposent traditionnellement les “circuits touristiques” suivants : Buenos Aires (2 jours) / Iguazú (1 jour) / Calafate (3 jours) / Ushuaia (2 jours) / etc. dans le but de vendre le plus possible de vols intérieurs et de concentrer les visiteurs sur sept à huit sites touristiques. Or, quand on visite Montréal, on ne se dit pas « tant que j’y suis, je vais aller à Cuba » ! Nous vous déconseillons de voyager de cette façon, et vous recommandons plutôt de choisir deux ou trois destinations, en fonction du temps dont vous disposez et de vos centres d’intérêt. Rester au moins une semaine dans chaque région vous permettra de les découvrir un peu plus en profondeur.

Un pays à visiter toute l’année

De par la variété de ses climats, l’Argentine peut se visiter à n’importe quel moment de l’année. L’hiver (de juillet à septembre), quand les températures ne sont pas trop élevées et que le climat est sec, est la période idéale pour visiter le Nord. Pendant l’été austral (de novembre à mars), on visitera plutôt la Patagonie.

A éviter :
les fêtes de Noël et la semaine de Pâques pendant lesquelles les prix doublent et tout est pris d’assaut. Les meilleurs mois sont mars et avril: les vacances scolaires argentines sont terminées, le climat est agréable partout dans le pays et il y a peu de touristes. Octobre et novembre sont aussi de bons mois pour voyager : même s’il y a un peu plus de monde, ce n’est pas comparable avec la haute saison.

Préparer son voyage

Pas besoin de visa

Les touristes français peuvent entrer sans visa sur le territoire argentin et y rester trois mois avec un simple passeport valide. Attention ! Les mineurs accompagnés d’un seul parent peuvent avoir besoin d’une autorisation de sortie du territoire du parent absent.

Consulat Général de France à Buenos Aires
1253 Basavilbaso C 1006AAA - Buenos Aires
info@consulfrance-buenos-aires.org - www.consulfrance-buenos-aires.org
Accueil téléphonique : +54 11 4515 6900
Urgences:
Depuis l’étranger : +54 9 11 4470 3202
Depuis l’Argentine : (011) 15 4470 3202

Argent, toujours avoir des pesos en poche

La monnaie officielle est le peso argentin. Il est possible de payer en dollars dans les lieux touristiques (1usd = environ 5,50ars) tout comme en euros (1euro = environ 7,50ars), mais le taux de change de l’euro est défavorable. Veillez à toujours avoir du liquide sur vous car les cartes ne sont pas acceptées partout. Pour faire du change dès votre arrivée, le mieux est de vous rendre au guichet de la banque nationale, Banco Nación, de l’aéroport car cette agence propose les mêmes taux qu’en ville. Vous la trouverez au fond de la salle des pas perdus sur la droite, une fois vos bagages récupérés et la douane passée. Nous vous déconseillons fortement les maisons de change (casa de cambio) qui offrent de très mauvais taux.

Pour le taux officiel du jour: www.dolarhoy.com.ar.

Attention! Le symbole “$” du peso est le même que celui du dollar ! Si le prix n’est pas clair, demandez avant d’acheter. Dans ce guide, pour éviter toute confusion, nous marquerons le peso “ars” et le dollar “usd”.

Capture d’écran 2013-08-09 à 11.32.17

Budget, ça dépend des années

Si vous avez un vieux guide sur l’Argentine, ne vous fiez pas aux prix indiqués ! L’inflation est de 30% par an, et ce que les guides vous annonçaient à 100 pesos il y a 4 ans peut facilement en valoir 200 cette année. L’Argentine n’est plus le pays très bon marché qu’il était...
De manière générale, les prix sont plus élevés en Patagonie et à Buenos Aires que dans le Nord du pays.
Dans ce guide, nous indiquons certains prix en dollars, cette monnaie étant un peu moins sujette à l’inflation. 

Prix indicatifs, attention à l'inflation :

1 litre d’eau : 6 ARS
Hôtel éco : 150/200 ARS
Hôtel standard : 300/500 ARS
Hôtel très confortable : 800 ARS et plus
Restaurant : 50/150 ARS
1 bière dans un pub : 10/15 ARS

Risques et santé

L’Argentine reste l’un des pays les plus sûrs d’Amérique du Sud, et Buenos Aires, de par son apparente tranquillité et son élégance, inspire confiance. Restez cependant attentifs aux pickpockets et aux petites arnaques. Si vous êtes victime d’une agression, d’un abus ou d’une discrimination, vous pouvez prendre contact avec le bureau de défense du touriste (Defensoría del turista), avenue Pedro de Mendoza 1835 (musée des Beaux-Arts Quinquela Martín) à La Boca, du lundi au dimanche de 10h à 18h. Tél. 4302 7816. 

Aucun vaccin particulier n’est requis. L’eau est en général potable.

L’argentin, cet espagnol un peu particulier

La langue officielle dans tout le pays est l’espagnol (appelé “castellano”). Certaines régions, principalement du Nord, ont leur propre dialecte, comme le guarani ou le quechua, mais l’espagnol y est généralement compris.

L’anglais est utilisé communément dans les lieux touristiques. Le français, quant à lui, est parlé par une certaine élite à Buenos Aires, mais très rarement en dehors de la capitale.

Différences avec l’espagnol “d’Espagne”

Si la langue a évolué de manière différente de chaque côté de l’Atlantique, elle reste cependant très similaire, et avoir un espagnol de base aide à la communication. Pour ceux qui parlent le castillan d’Espagne, voici les principales différences avec l'argentin : 

“Che” : Une expression intraduisible !

“Che” est utilisé pour attirer l’attention de quelqu’un sans l’appeler par son prénom (registre assez familier). Par exemple, pour demander l’heure à un ami, on lui dira “che, que hora es ?”. On l’emploie également comme interjection. Dans ce cas, il a un sens proche de “Tiens !”, “Hep !”.

Déplacements

Taxis à l’aéroport international de Ezeiza

Nous vous déconseillons de prendre les taxis qui attendent à la sortie de l’aéroport. Ils paraissent meilleur marché, mais, en fin de compte, la course vous reviendra plus chère car il y a une chance sur deux pour qu’ils vous promènent en ville et vous fassent payer des extras. Préférez l’un des services de remis (sorte de taxi officiel) dont les comptoirs sont dans la salle des pas perdus.

En dehors de l’aéroport, les taxis (jaune et noir à Buenos Aires) sont plutôt fiables, mais vérifiez bien en montant qu’ils mettent le compteur en route et soyez vigilants au moment de payer : l’arnaque habituelle est de tendre un billet de 100 pesos et que le chauffeur vous rende la monnaie sur un billet de 50, en vous soutenant que c’est bien ce que vous lui avez donné. Depuis votre hôtel, le mieux est d’en faire appeler un. Les courses sont relativement bon marché (15 min de trajet coûte environ 30 ars). Pour savoir à l’avance combien devrait vous coûter une course, un nouveau site très pratique : www.taxistavirtual.com.ar.

File de taxis

Bus à Buenos Aires

Beaucoup de bus circulent en ville et sont disponibles toute la nuit. Ils sont très bon marché: comptez 1,50ars par trajet et prévoyez de la monnaie car ils ne font pas de change. Si vous restez plusieurs jours à Buenos Aires, achetez la Guía T dans un kiosque à journaux et demandez à quelqu’un de vous expliquer son principe (ou consultez mapa.buenosaires.gov.ar).

Bus de longue distance

Pour aller d’une région à l’autre, il existe un excellent réseau de bus avec plusieurs niveaux de confort : “semi-cama” est l’intermédiaire et “coche cama”, le niveau super confortable. Et ce n’est pas négligeable car les distances sont grandes ! Pour aller à Salta depuis Buenos Aires, il faut compter 28 heures (48h pour Ushuaia). Beaucoup de compagnies ont leurs horaires sur le site www.plataforma10.com, mais le plus simple pour acheter un billet reste d’aller à la gare routière (Retiro à Buenos Aires).

Le train

Le réseau ferroviaire argentin, qui était pourtant important, a été presque entièrement démantelé. Il ne reste que très peu de grandes lignes en fonctionnement et la grande majorité des visiteurs choisissent le bus. Les trains sont en général moins chers mais plus lents que les bus. Les trois lignes principales sont Buenos Aires-Tucuman (réserver trois mois à l’avance), Buenos Aires-Posadas (trains presque toujours en retard) et Viedma-Bariloche. Voir le site www.sateliteferroviario.com.ar.

Vols internes

Vous serez sûrement amené à prendre un ou plusieurs vols internes. Attention ! Ils sont souvent en retard ou reprogrammés. Partez avec de l’avance, faites votre “web check-in” pour ne pas être en sur-réservation et prévoyez une bonne marge pour vos correspondances. Réservez à l’avance car les prix de dernière minute grimpent. Enfin, voyagez léger car la limite de bagages pour les vols internes est de 15 kg par personne (tarifs parfois négociables). Les quatre compagnies qui opèrent sont :
www.aerolineas.com.ar,
www.lan.com,
www.andesonline.com,
www.sol.com.ar.

A savoir : les prix – assez élevés – sont différents pour les résidents argentins et les touristes. Et n'oubliez pas que l'importance de l'impact de l'avion sur l'environnement : vous pouvez compenser vos émissions de CO2 auprès d’une association pour la plantation d’arbres en Argentine (www.carbonocero.org)

Louer une voiture

L’Argentine est un pays à parcourir, à traverser. La route n’est pas un moyen de se déplacer mais le but même du voyage. C’est ainsi que les Argentins voyagent. Ils passent plus de temps à choisir, débattre, comparer les routes qu’ils vont emprunter que les hôtels où ils vont dormir.

Le guide de référence sur place est le guide YPF, équivalent du guide Michelin, mais celui-ci insiste moins sur la gastronomie que sur les cartes et l’état des voies. Si vous souhaitez parcourir l’Argentine de cette façon – et nous vous y invitons fortement –, louer une voiture est sans doute ce qu’il y a de mieux à faire. Dans ce guide, nous consacrerons beaucoup d’espace au choix des itinéraires.

Cette façon de voyager pollue certes moins que l’avion, mais plus que les transports en commun, pensez donc à compenser vos émissions de CO2 auprès d’une association pour la plantation d’arbres en Argentine (www.carbonocero.org). Et dans la mesure du possible, voyagez à quatre personnes par voiture.

Liens utiles

Les règles d’or sur la route

Hébergement

Dans beaucoup de villages très peu touristiques que nous mentionnons, il n’est pas rare que des établissements lancent ou arrêtent leur activité d’hôtellerie ou de restauration du jour au lendemain. Et comme ils ne disposent souvent pas d’internet, ni même du téléphone, il est difficile d’être tenu au courant de ces changements. C’est pourquoi il est possible que lors de votre visite, les informations incluses dans ce guide aient changé.

Hostel

Les auberges de jeunesse, très populaires, sont le point de rencontre des routards au budget serré. Vous trouverez sûrement un lit dans des dortoirs à partager, à partir de 30 ou 40 ars par personne et par nuit (70 à 80 ars à Buenos aires et en Patagonie). Voir le site www.hostels.com.

Hostería et hospedaje

Ces auberges locales, souvent rustiques, sont généralement tenues par les propriétaires eux-mêmes et c’est auprès d’eux que vous trouverez le meilleur accueil. Parfois les salles de bain sont à partager. Entre 100 et 300 ars la nuit.

Camping

Il y a de nombreux campings dans tout le pays. Si vous voyagez avec votre tente, vous en trouverez sans problème, cependant les services et infrastructures restent généralement basiques (ne vous étonnez pas si le camping se résume à un bout de terrain où vous avez le droit de planter votre tente, parfois sans eau ni électricité). Pour une liste assez complète, voir le site www.acampante.com, à partir de 15 ars l’emplacement par nuit.

Estancia

Les estancias sont d'immenses fermes argentines (elles font parfois plus de 10 000 hectares). Certaines sont encore en activité et la maison principale (souvent l’ancienne demeure des propriétaires) a été reconvertie pour pouvoir recevoir des visiteurs. Nous vous recommandons de rester au moins une fois dans une estancia et de parcourir la propriété à cheval. Les gauchos sont les gardiens de ces terres.

Espancia

Prix très variables, mais généralement compris entre 400 et 800 ars la nuit en chambre double. Pour une liste assez complète, voir le site de la Red Argentina de turismo rural, www.raturestancias.com.ar.

Pour la Patagonie : www.estanciasdesantacruz.com.
Un site utilisé par les Argentins : www.antiquanatura.com.ar.

Voyages organisés et guides

Il y a encore peu d’agences de voyages engagées dans une démarche de tourisme responsable en Argentine, nous en nommerons deux ici qui font un excellent travail.

Anda Turismo Responsable

Elvira, née à Buenos Aires, a monté il y a quelques années Anda, une agence de voyages qui crée des programmes sur mesure, adaptés à chacun et qui promeut les entreprises engagées dans une démarche durable. Ils ont commencé avec des visites dans les quartiers méconnus de Buenos Aires, mais ils offrent désormais des voyages dans tout le pays, le plus souvent en coopération avec des associations et des organismes locaux permettant de dormir chez l’habitant.
On aime chez eux leur disponibilité, leur gentillesse et leur regard original. Alors que la logistique (transferts, vols, etc.) n’est pas toujours très simple en Argentine, ils vous trouveront les solutions pour que vous n’ayez qu‘à profiter de l’expérience. www.andatravel.com.ar.

Transhumans

A l’origine, Transhumans était une association française à but non lucratif, qui développait, entre autres, des projets de formation et de création de jardins bio dans les communautés du nord de l’Argentine, afin de les rendre autosuffisantes. Les programmes ont eu beaucoup de succès, mais les financements se sont épuisés et il a fallu trouver d’autres sources de revenus pour mener à bien ces projets. C’est ainsi qu’est née l’agence de tourisme solidaire Transhumans.

Christophe, un Français installé à Mendoza, la gère de main de maître et a mis en place des programmes solidaires originaux, hors des sentiers battus pour petits groupes ou sous forme de circuits individuels indépendants. Lui et son équipe sauront vous assister depuis la réservation d’un hôtel ou d’un moyen de transports, jusqu’à l’organisation d'un séjour chez l’habitant ou dans une communauté, dans n’importe quelle partie du pays. Ils proposent également des sorties à dates fixes en petits groupes afin de réduire le budget et d’aller encore plus loin. Nous recommandons particulièrement les circuits dans le Nord-Ouest (Salta et Jujuy) et le Nord-Est (Misiones et Corrientes). Une partie des bénéfices est reversée à l’association. www.transhumans.com.ar.

Stages et volontariat

Voluntario Global

Envie de rester quelques mois en Argentine et de vous rendre utile ? Voluntario Global est une association très sérieuse qui se charge de placer des volontaires dans les associations qui en ont besoin. Donner un coup de main aux fourneaux d’une cantine solidaire, traduire le site Internet d’une coopérative, aller sur le terrain et organiser des ateliers pour les enfants dans le besoin, il y en a pour tous les goûts ! L’intérêt de Voluntario Global est que contrairement à la plupart des organismes internationaux qui font ce genre de placement, le coût à payer pour votre logement et vos repas chez eux est minime. www.voluntarioglobal.org.ar.

Mon stage en Argentine

Vous cherchez un stage de quelques mois dans une entreprise argentine ? Pas toujours simple à trouver. La bureaucratie étant lente et compliquée, beaucoup d’entreprises hésitent à prendre des stagiaires étrangers. Rémy, un Français installé à Buenos Aires, a créé Mon stage en Argentine, une entreprise de ressources humaines faisant le lien entre les diplômés et les entreprises, pour un prix raisonnable. www.mon-stage-en-argentine.com.

Nourriture

En Argentine, tout est décalé dans le temps : le dîner au restaurant en est un bon exemple. Les Porteños (habitants de Buenos Aires, littéralement “ceux du port”) sortent dîner entre 22h et minuit. Les restaurants les plus courus prennent des réservations jusqu’à 21h seulement, après l’entrée se fait par ordre d’arrivée. Il n’est pas rare de devoir faire la queue dehors, surtout si vous allez dans une parrilla goûter l’excellente viande de bœuf : en général, le barbecue n’est pas prêt avant 22h ! Si vous y allez plus tôt, l’attente risque d’être longue. Le pourboire est habituel sans être obligatoire (jusqu’à 10% de la note en fonction de votre satisfaction).

Parrilla

La viande de bœuf cuite à la braise est sans aucun doute le plat le plus typique d'Argentine. On le retrouve aux quatre coins du pays. La tradition veut que l’on mange d’abord les abats (achuras), comme le ris de veau (mollejas), le boudin noir (morcilla), les entrailles(chinchulines), la saucisse (chorizo) et les rognons (riñones). Ensuite, on passe à la viande rouge. La plupart des restaurants proposent des “parrillas completas para dos”, un ensemble de morceaux de viande à partager idéalement à deux ou trois. Le bœuf est accompagné de viande de cabri dans le Nord-Ouest, d’agneau dans le Sud ou de cochon de lait dans le Centre. Il y a même parfois une feuille de salade verte en accompagnement... Voir l’article sur l’asado.

Parilla a san telmo

Minutas

Beaucoup de brasseries proposent la même carte de minutas, des plats rapides et populaires. Le plus apprécié de tous est la milanesa con papas fritas (“escalope milanaise avec des frites”). A goûter aussi : le matambre a la pizza, une sorte de pizza (jambon, fromage, tomate) où la pâte est remplacée par... de la viande, bien sûr ! Très léger (vous imaginez !), mais succulent s’il est bien préparé.

Restaurants italiens et pizzerias

La très forte immigration italienne n’est pas sans avoir laissé des traces. Les Argentins mangent beaucoup de pâtes et de pizzas. Les pâtes, accompagnées de sauces élaborées, composent un repas complet. Elles constituent souvent le repas du dimanche midi, que l’on partage en famille ou entre amis. On trouve des marchands de pâtes fraîches dans la plupart des quartiers.

Vins

L’Argentine produit d’excellents vins au pied de la cordillère des Andes. Les régions qui en produisent le plus sont Mendoza (de loin !), Cafayate, la Rioja et San Juan. Contrairement aux vins français, les vins argentins ne sont classés ni par région ni par domaine, mais doivent leur nom à leur cépage. Le Malbec est le cépage emblématique de Mendoza : d’origine française, il n’a pas eu de succès dans le Bordelais, d’où son nom “mal-bec”. C’est bien différent à Mendoza, à vous de goûter ! Essayez aussi les surprenants vins de Cafayate (regardez le degré d’alcool sur l’étiquette !).

Vin

Carte d'identité

Buenos Aires

Ville aux multiples facettes, Buenos Aires est la plus européenne des villes d’Amérique du Sud ; elle conserve toutefois l’ambiance, la chaleur humaine et la joie de vivre latines. Les amoureux d’art, de musique, de shopping, d’architecture ou de vie nocturne y trouveront leur bonheur. Entre deux et cinq nuits.

Buenos Aires

Le Nord-Est

Le rouge vif de la terre, le vert intense de la jungle, le chant des oiseaux multicolores, l’écosystème des Esteros del Iberá et en prime la force des chutes d’Iguazú, les plus larges du monde. Le Nord-Est vous invite à découvrir le cœur d’une forêt tropicale.

nord-Est

Le Nord-Ouest

Un surprenant mélange de cultures andine et coloniale, le Nord-Ouest étonne dans chacun de ses recoins: l’altiplano, les cactus, les lamas, les canyons et les montagnes multicolores, la gastronomie andine, la gentillesse de ses habitants et les sonorités enjouées de sa musique traditionnelle (à découvrir ici).

nord-Ouest

La Patagonie

En Patagonie tout est démesuré : des lacs à perte de vue, des forêts à n’en plus finir, la montagne omniprésente, des glaciers grands comme des villes et des estancias aussi vastes que des départements. Tant de terres encore vierges qui feront le bonheur des amoureux d’activités en plein air.

Patagonie

Le Centre et Cuyo

Qui n’a jamais rêvé de traverser la pampa à cheval tel un gaucho, de faire la “siesta” à l’ombre d’arbres centenaires, de prendre son temps pour siroter un verre de Malbec de Mendoza autour d’un asado, ce barbecue typiquement argentin qui élève la cuisson de la viande de bœuf au rang d’un art ? Le Centre de l’Argentine est une région où il fait bon vivre. Son climat agréable y contribue.

Centre